Devenir membre Dons
accompagnement_illu

Accompagnement

ASTREE est la référente principale pour l’accompagnement et la prise en charge des victimes de traite et d’exploitation au niveau cantonal. En collaboration étroite avec les professionnels du réseau,  les victimes bénéficient d’un soutien spécifique et adapté durant les différentes phases du processus de reconstruction : du délai de réflexion pour déposer plainte jusqu’à la recherche de solutions d’intégration à long terme.

Les victimes sont référées et accompagnées à la fois vers les services médicaux, sociaux, juridiques compétents ou vers des solutions de formation, de recherche d’emploi et d’intégration adaptés à leurs besoins. Durant ce processus, la possibilité d’un retour volontaire dans le pays d’origine est aussi évaluée avec la victime, d’entente avec les services spécifiques

Formation et intégration

En vue d’une réinsertion sociale et professionnelle, ASTREE aide les bénéficiaires à définir des projets de vie et les accompagne dans les démarches liées l’octroi d’un permis pour s’établir en Suisse. Si la victime dépose une plainte elle peut obtenir un permis de séjour d’un an, renouvellable tant que la procédure pénale est en cours. Le permis obtenu, une demande de revenu d’insertion est demandée au Service Social de la ville (CSR). Les offices régionaux de placement aident la victime par des cours de formation et/ou dans la recherche d’un emploi. L’équipe d’ASTREE réalise des entretiens individuels et accompagne les victimes vers les services compétents. Pour garantir une prise en charge adéquate des bénéficiaires, ASTREE a développé des partenariats et des accords avec les structures du réseau.

Avant la fin des 6 mois d’hébergement (foyer ou réseau), des solutions d’intégration à long terme sont envisagées. Dans ce but, la victime doit être au bénéfice d’un permis de séjour et avoir démarré un parcours d’intégration (travail/formation). Avec le soutien des services spécialisés dans ce domaine, la victime loue un logement indépendant et démarre un parcours de vie autonome. Si aucune solution n’est trouvée, une prolongation de l’hébergement en foyer ou dans le réseau d’hébergement est évaluée.

6000
entretiens de suivi entre 2015 et 2019