Accompagnement

ASTREE est la référente principale pour l’accompagnement et la prise en charge des victimes de traite et d’exploitation au niveau cantonal. En collaboration étroite avec PROFA/CLAVI, les victimes bénéficient d’un soutien adéquat pendant les différentes phases du processus : à partir du délai de réflexion pour déposer plainte jusqu’à la recherche de solutions d’intégration à long terme. En particulier, les victimes sont référées et accompagnées à la fois vers les services médicaux, sociaux, juridiques compétents ou vers des solutions de formation, de recherche d’emploi et d’intégration adaptés à leurs besoins. Pendant ce processus, la possibilité d’un retour au pays est aussi évaluée avec la victime, entente avec les services spécifiques.

Cours et formation

Pour répondre à l’objectif de soutien des victimes en vue d’une réinsertion sociale et professionnelle, ASTREE les aide à définir des projets de vie et les accompagne dans les démarches liées l’octroi d’un permis pour s’établir en Suisse. Concrètement, si la victime dépose une plainte elle peut obtenir un permis provisoire (F) et, ensuite, demander un permis humanitaire (B). Une fois le permis de séjour obtenu, un revenu d’insertion peut être demandé au Service Social de la ville (CSR). Les offices régionaux de placement peuvent aider la victime pour des cours de formation et/ou dans la recherche d’un emploi Pour réaliser ces actions, le personnel d’ASTREE réalise des entretiens individuels et accompagne les victimes vers les services compétents. Afin de garantir la prise en charge adéquate des bénéficiaires, ASTREE travaille en partenariat avec les structures du réseau et développe des accords.

Retour au pays

Si les différentes solutions d’intégration ne sont pas concluantes ou si la personne le souhaite, la possibilité d’un retour au pays peut être proposée et mise en place d’entente avec les services spécifiques. Durant les entretiens individuels en accord avec la victime, le personnel d’ASTREE évalue les risques liés à un retour au pays et prend contact avec le service d’aide au retour.

Intégration et autonomisation

Avant la fin de 6 mois d’hébergement (foyer/réseau), des solutions d’intégration à long terme doivent être envisagées. Dans ce but, la victime doit être au bénéfice d’un permis de séjour et avoir démarré un parcours d’intégration (travail/formation). Grâce à l’aide des services sociaux et de l’office du logement la victime peut louer un appartement /studio et démarrer un parcours de vie autonome. Si aucune solution n’est trouvée, une prolongation de l’hébergement en foyer/réseau d’accueil est évaluée.

French